iGENEA
Origine en pourcentage

L'origine de tous les ancêtres est déterminée en fonction des régions et des pourcentages. Une carte du monde montre vos différentes origines.

Trouver des parents

Vous recevrez une liste de parents génétiques dans votre résultat en ligne. Vous pouvez contacter vos proches par courriel pour en savoir plus sur votre famille et vos antécédents.

Résultat avec certificat

En plus du résultat en ligne, vous recevrez un certificat d'origine noble dans un cadre photo et d'autres documents dans un élégant classeur.

Peuple d‘origine

Vous découvrirez l'haplogroupe et les migrations (préhistoire), les peuples primitifs (antiquité) ainsi que la région d'origine (Moyen Âge) de la lignée paternelle (hommes) OU de la lignée maternelle (femmes).

Tous les peuples d‘origine

Seul le Test iGENEA Expert vous permet d'apprendre les haplogroupes et les migrations exactes (préhistoire), les peuples primitifs (antiquité) et les régions d'origine (Moyen Age) de la lignée paternelle ET maternelle.

Tous les parents

Ce n'est qu'avec le test iGENEA Expert que vous trouverez tous vos parents génétiques dans notre base de données.

Plus de parents

Vous recevrez une liste supplémentaire des autres parents de la lignée paternelle (hommes) OU de la lignée maternelle (femmes).

Conseils personnalisés

Téléphone:0041 43 817 13 88

info@igenea.com Live-Chat WhatsApp

Peuple d‘origine Indo-Européens

Études indo-européennes

En 1816, l'Allemand Franz Bopp (1791-1867), dans son livre "Über das Conjugationssystem der Sanskritsprache in Vergleich mit dem dem dem der griechischen, Latin, Persian und Germanischen Sprache" (Sur le système de conjugaison de la langue sanskrite par rapport à celui du grec, du latin, du persan et du germanique), a apporté la preuve méthodique de la parenté de ces langues et a ainsi fondé les études indo-européennes allemandes. Le terme "indo-germanique" est orienté vers les groupes linguistiques les plus éloignés géographiquement de la zone de distribution (précoloniale), les langues indo-aryennes au sud-est (avec le cinghalais au Sri Lanka) et les langues germaniques avec l'islandais au nord-ouest.
Les langues indo-européennes sont considérées comme généalogiquement apparentées, c'est-à-dire comme des "langues filles" d'une "langue maternelle", l'urindogermanique n'étant plus conservé. Cette langue originale indo-européenne est le précurseur commun des langues indo-européennes, qui n'a pas été documenté, mais qui a été rendu accessible par des méthodes linguistiques. C'est l'une des plus importantes réalisations des linguistes depuis le début du XIXe siècle que d'avoir reconstruit de manière plausible le vocabulaire et la structure grammaticale de cette langue originale, en grande partie à partir de l'étude des similitudes et des différences systématiques des langues indo-européennes. La reconstruction est principalement basée sur les caractéristiques communes des formes grammaticales et sur des mots apparentés.
Alors que pour cette famille de langues, dans l'usage de la langue allemande, la désignation est restée "indo-germanique", au niveau international, la désignation "indo-européenne" est plus courante. En conséquence, la langue originale est alors appelée "proto-indo-européenne". Les classifications spatiales et temporelles de cette langue doivent être considérées comme spéculatives. Basée sur des tiges de mots communes à toutes les langues indo-européennes, l'ethnolinguistique, en coopération avec l'archéologie, tente de déterminer la zone d'origine de l'indo-européen et de la relier aux peuples ou cultures préhistoriques. Toutefois, dans la question d'une patrie primordiale, il faut toujours faire la distinction entre une hypothétique reconstruction linguistique et historique des influences locales dans le contexte de la formation des premiers mots racines indo-européens compréhensibles et, par contraste, une identification des personnes, de la langue et de l'espace (théorie de la continuité).
Certaines hypothèses sont fortement influencées par le nationalisme ou ont été appropriées par une idéologie (par exemple dans le national-socialisme).
Les linguistes qui décrivent une proto-langue essaient souvent de trouver des preuves archéologiques pour cette proto-langue, et parfois (mais moins souvent) les archéologues qui décrivent une culture essaient de trouver des preuves linguistiques en l'absence de données historiques. Cela ne change rien au fait qu'une relation entre les proto-langues et les cultures est en principe hypothétique, de sorte que s'il est possible de parler de sociétés en général et que la communauté des locuteurs de la proto-langue reconstituée linguistiquement peut avoir été totalement ou partiellement porteuse de la culture archéologique en question, on ne peut pas dire avec certitude que ces sociétés étaient un seul peuple ou que leur langue était limitée au niveau culturel.


Commander mon analyse d'origine
à partir de EUR 179

Région d'origine et zones de peuplement

Les caractéristiques communes des langues indo-européennes connues présupposent en fin de compte des précurseurs linguistiques communs et une "patrie d'origine" géographiquement plus étroite ou plus limitée ou une certaine zone d'expression dans laquelle la langue d'origine peut avoir trouvé son origine ou du moins avoir été effectivement parlée à un certain moment historique.

Cette région d'origine a été recherchée au Proche-Orient, dans le Caucase, mais aussi dans diverses autres régions. Les limitations géographiques, qui sont fondées unilatéralement sur des données archéologiques ou linguistiques, comparatives ou génétiques humaines, permettent plusieurs alternatives. Toutefois, une évaluation interdisciplinaire des données disponibles permet d'écarter la plupart des hypothèses de départ proposées par les différentes disciplines.

L'expansion de l'agriculture de l'Asie mineure vers l'Europe a été directement liée à l'expansion des populations indo-européennes et de leurs langues. Des problèmes de chronologie se posent dans cette tentative d'explication. L'agriculture, dont la diffusion avait commencé dans le sud-est de l'Europe au VIIe millénaire avant J.-C., a atteint l'Europe de l'Est vers 5500 avant J.-C., à une époque où les peuples indo-germaniques y vivaient déjà. La continuité du peuplement entre le Don et la Volga et au nord-ouest de la mer Caspienne en témoigne.

D'autre part, les découvertes de l'archéologie, de la linguistique comparative historique et de la génétique humaine peuvent être corrélées de manière fortuite si l'on part de la thèse que les peuples indo-germaniques se sont installés à l'origine en Europe de l'Est et que les groupes de population qui y résidaient ont migré en plusieurs vagues vers l'Europe occidentale d'une part, vers l'Asie centrale et au-delà vers les hauts plateaux iraniens et l'Inde. La région de la Baltique est une zone d'expansion indo-européenne précoce, qui a commencé dans les basses terres de la Volga. On y trouve encore des traces linguistiques très anciennes dans les noms des rivières et des eaux.

Dans la zone de peuplement originelle des peuples indo-germaniques, on peut observer une séquence complexe de différentes couches culturelles à l'horizon du temps (culture Elshan du 7e millénaire avant J.-C., culture Samara environ 6000-5000 avant J.-C., culture Khwalynsk dans la steppe et la ceinture forestière de la Volga moyenne entre 5000 et 4500 avant J.-C., Sredni Stog environ 4500-3350 avant J.-C.).

Les groupes de population indo-germaniques ont eu très tôt des contacts culturels et linguistiques avec les peuples voisins. Parmi les plus anciens contacts, on peut citer ceux avec les Ouraliens de la zone forestière au nord de la patrie d'origine indo-européenne ; ils remontent au 6e millénaire avant J.-C. J.-C., les contacts des Indo-Germaniques avec leurs voisins du sud, les Caucasiens, ont commencé. Les premiers contacts des nomades des steppes indo-européennes avec les anciens Européens dans la région côtière du nord-ouest de la mer Noire (région de Varna en Bulgarie) tombent également dans cette période.

Les noms que les premiers Indo-Germaniques et leurs groupes locaux se sont donnés ne sont que partiellement connus (Aryens). L'aire de répartition des peuples et des langues indo-européens s'étend de l'Europe occidentale au sous-continent indien et à la Chine (bassin du Tarim). Dans le cadre de l'élargissement, la à l'origine, le complexe proto-indo-européen s'est de plus en plus dissous dans des gravitations régionales avec un développement culturel et linguistique particulier.



La propagation de l'espèce indo-germanique

Dans la communauté scientifique, on discute aussi intensivement de la manière dont la langue et la culture du peuple indo-germanique se sont répandues dans la zone linguistique indo-germanique ou indo-aryenne ultérieure (contact linguistique). Les idées vont d'une invasion des peuples indo-germaniques en Europe et en Inde, à une infiltration et un mélange progressifs, en passant par la simple transmission de la langue et des acquis culturels sans échange génétique significatif.

Selon l'hypothèse kourgane de Marija Gimbutas, le peuple indo-germanique s'est déplacé vers l'ouest, le sud et l'est en plusieurs vagues entre 4400 et 2200 avant J.-C. Elle considère qu'une longue sécheresse est le déclencheur.

Partout en Europe centrale et occidentale, les migrants indo-germaniques ont rencontré des populations non indo-germaniques. Ceux-ci ont été progressivement déplacés, assimilés ou des cultures régionales mixtes comme celle des Celtibères ont émergé, avec une fusion d'éléments non indo-européens (ibériques) et indo-européens (celtes).



Les vieux Européens

La théorie de la vieille Europe préindo-européenne repose sur l'hypothèse que la diffusion de la langue indo-européenne s'est accompagnée de l'immigration physique d'une nouvelle population. C'est pourquoi les cultures européennes pré-indo germaniques sont appelées "Vieille Europe".

Les "vieux Européens" sont les premiers agriculteurs qui se sont installés en Europe au Néolithique. Il s'agit de groupes de population pré-indo germaniques, dont la répartition dans l'antiquité peut être déterminée à l'aide des découvertes de la génétique humaine. Les peuples de cette époque ont laissé leur "empreinte" génétique dans le profil du génome des populations ultérieures.

Parmi les peuples pré-indo germaniques de la vieille Europe, on trouve (en partie également d'origine anatolienne) :

- les Basques,

- les Etrusques,

- les Pélasgiens,

- les Lélèges,

- les Ibères,

- les Ligures (incertain),

- les Rhètes,

- les Sikanen,

- les Elymes,

- les Minoens,

- les Lusitaniens (douteux),

- les céramistes de la bande,

- la culture Vinca

et autres.

Ils sont considérés comme plus anciens que les tribus celtiques, mais ils ont été assimilés par elles pour la plupart avant d'être à leur tour romanisés, surtout sur le plan linguistique, par les Italiens. D'autres, comme les Pélasgiens et les Leleger, auraient été assimilés par des tribus grecques ou, comme les Basques, continuent d'exister en tant qu'unité linguistique jusqu'à ce jour.



Le Kurgan marche

De nombreux indo-germanistes ont tenté de déterminer le lieu d'origine de leurs porteurs en analysant les noms de plantes et d'animaux communs à certaines langues indo-germaniques, qui font donc partie de la langue originale indo-germanique. Ces approches ont été critiquées en raison des fréquents changements de sens. Toutefois, les noms communs des plantes et des animaux indiquent des latitudes moyennes ou tempérées et, en raison des mots empruntés, les premiers contacts avec des locuteurs de langues ouraliennes et altaïques.

Ces considérations et analyses linguistiques indiquent, dans l'hypothèse kourgane, aujourd'hui majoritaire, une région du sud de la Russie comme centre de propagation, des éleveurs de bétail qui n'étaient plus des chasseurs-cueilleurs et - par analogie avec les termes correspondants dans la langue de base indo-européenne - pratiquaient vraisemblablement une agriculture rudimentaire. Les termes indo-germaniques courants pour l'agriculture, comme la charrue, ainsi que pour le transport, comme la roue, la charrette et le joug, suggèrent que les tribus indo-germaniques ne se sont répandues qu'après avoir pris en charge le transport par charrette (initialement tirée par des bœufs). D'après cela, ils n'auraient pas pu être les porteurs des premières cultures arables qui ont migré de l'Asie mineure vers l'Europe au cours du Néolithique ancien, mais plutôt des migrants relativement tardifs (vers 3600-2600 av. J.-C.). Déjà au 7e millénaire avant J.-C., le climat sec au nord de la mer Noire avait entraîné la désertification du paysage. La steppe du sud de la Russie a été créée à cette époque. Les habitants de la région ont adapté leur mode de vie à l'environnement stérile, ils sont devenus des nomades éleveurs de bétail. On apprivoise d'abord le cheval, puis le taureau sauvage, la chèvre et le mouton. Ces bovins nomades étaient indo-européens. Vers 5500 avant J.-C., les connaissances sur la culture des terres avec des agriculteurs non indo-européens de l'ouest ont atteint la région des nomades éleveurs de bétail. Le sol de la steppe n'était pas très fertile et il fallait de plus grandes surfaces pour cultiver la terre que sur les sols fertiles plus à l'ouest. La zone dans laquelle les nomades éleveurs de bétail se déplaçaient avec leurs troupeaux s'est progressivement rétrécie. La pression pour s'installer à l'ouest a provoqué une migration progressive de la population nomade plus à l'est. Ces migrations extensives des nomades éleveurs de bétail sont appelées "migrations kourganes" en référence aux signes visibles de l'enterrement de leur élite guerrière, les tumulus monumentaux ("kourganes"). Il y a eu trois migrations de kourganes :

- Kurgan I : entre environ 4500 et 4300 avant J.-C. ; zones de destination : Région de la culture Souvorovo (Moldavie, cours inférieur du Danube en Roumanie, nord-est de la Bulgarie), vallée du Danube, sud de la Hongrie ;

- Kurgan II : environ 3500 av. J.-C. ; zones cibles : Les régions intérieures des Balkans au-delà des vallées fluviales, s'étendant jusqu'à la région alpine ;

- Kurgan III : vers 3100-2900 av. J.-C. ; zones de destination : Côte adriatique, Albanie, côte de la mer du Nord et de la mer Baltique, États baltes et sud de la Scandinavie.

Avec la troisième vague, les peuples indo-germaniques ont atteint l'Albanie et le nord de la Grèce. Là, leur culture se recoupe avec celle de la population ancienne. Entre 2300 et 2200 avant J.-C., c'est-à-dire vers la fin du début de la période helvétique, le bouleversement culturel décisif a eu lieu. À cette époque, un certain profil ethnoculturel s'est formé dans cette région, qui est devenue plus tard grecque.

L'hypothèse de Kurgan postule un bouleversement social rapide, dont sont victimes les anciennes cultures néolithiques dans une grande partie de l'Europe, compréhensibles depuis le 7e millénaire avant J.-C. Les cultures paysannes socialement non stratifiées et vraisemblablement matrilinéaires sont recouvertes par une couche de conquérants indo-germaniques patriarcaux et féodaux qui, en raison de sa supériorité guerrière et technologique et malgré une infériorité numérique considérable, affirme sa langue et sa structure sociale.

L'hypothèse kurgan de Marija Gimbutas est controversée pour diverses raisons, comme toutes les autres hypothèses sur la patrie indo-germanique. Il existe un débat en archéologie pour savoir si les cultures kurdes étaient réellement des nomades pastoraux, quel rôle l'équitation ou les guerriers à cheval ont pu jouer dans l'expansion supposée du peuple kurde en Europe du sud-est et centrale, et s'il existe des preuves suffisantes d'une immigration de Kurgan en tant que locuteurs possibles de l'indo-européen. Les preuves linguistiques et génétiques du mouvement migratoire présumé sont également examinées.

L'hypothèse de Marija Gimbutas, cependant, correspond le mieux à la constatation linguistique selon laquelle les Indo-Germaniques ne sont pas venus en Europe au début du Néolithique, mais n'ont progressé vers l'ouest que dans une période relativement tardive, au IIIe millénaire avant J.-C. Avec ces migrations présumées, le cheval s'est également propagé à nouveau vers l'ouest.

Une étude génétique publiée en 2015 par des chercheurs de la Harvard Medical School à Boston soutient la théorie de Gimbuta. Les chercheurs ont identifié deux vagues d'immigration vers l'Europe. Tout d'abord, entre 5 000 et 6 000 avant J.-C., les premiers agriculteurs sont venus du Moyen-Orient via l'Anatolie. Après 4000 avant J.-C., il a dû y avoir une immigration massive en provenance des steppes du sud de la Russie.

Selon l'hypothèse kourgane de Marija Gimbutas, le peuple indo-germanique s'est déplacé vers l'ouest, le sud et l'est en plusieurs vagues entre 4400 et 2200 avant J.-C. Elle considère qu'une longue sécheresse est le déclencheur, que les géologues modernes n'ont pu expliquer que récemment, à la fin de la mousson de la Méditerranée orientale, jusqu'alors inconnue, de 7000 à environ 4500 avant J.-C.

Peuples indigènes génétiques d'iGENEA

Juifs Vikings Celtes Germains Basques Aborigènes d'Australie Arabes Berbères Chinois Daces Étrusques Ibères Amérindiens Inca Inuits Italiques Japonais Kurdes Ligures Mayas Mongols Peuples océaniens Persans Roms Scythes Slaves Tibétains Phéniciens Indiens Coréens Bantous Peuples turcs Samis Illyriens Vandales Baltes Macedoniens Hellènes Huns Thraces Finno-Ougriens Indo-Européens

Analyse de l'origine et généalogie par ADN: déroulement du test

Un échantillon de salive suffit pour obtenir votre ADN. Le prélèvement de salive est simple et indolore et peut être fait à la maison. Utilisez l’enveloppe accompagnant le set de prélèvement et envoyez les échantillons.

Commander le kit de test
Commander le kit de test:

par téléphone, par courriel ou sur le site web

Obtenir le kit de test
Obtenir le kit de test:

la livraison prend quelques jours

Prélever des échantillons
Prélever des échantillons:

à la maison, simple et indolore

Envoyer des échantillons
Envoyer des échantillons:

avec l'enveloppe jointe

Résultat
Résultat:

ecrit et en ligne après env. 6 à 8 semaines

Commander une analyse d'origine avec iGENEA

  • iGENEA Basic

    Commandé par 29% des clients pour les analyses d'origine.

    179 EUR
    Commander  
  • iGENEA Premium

    Commandé par 55% des clients pour les analyses d'origine.

    499 EUR
    Commander  
  • iGENEA Expert

    Commandé par 16% des clients pour les analyses d'origine.

    1299 EUR
    Commander